Les concerts de fin d’année 2013

Le 6 décembre 2013, nous avons donné un spectacle de Noël avec de nouveaux chants: Britten (Hymn to the Virgin), un extrait du Coventry Carol Lullay Thou Little Tiny Child,  et Ring Christmas Bells de Leontovitch ainsi que la célèbre Marche des Rois de Lully, pour accompagner notre répertoire sacré bien connu de nos fidèles fans. Nous étions dans le musée des Arts et Traditions Populaires de Château-Gombert, un petit bijou méconnu qui vaut le détour. C’était le prélude au concert de Die du 14 décembre en faveur de l’association Himalayan Dialect, et nous nous sommes régalés. D’après l’article ci-dessous paru dans la gazette locale, nous n’étions pas les seuls!

Image

 

 

Pour 2014, nous vous préparons des chants anglais, de la Renaissance aux Beatles.

Bonne année musicale à tous!

Publicités

El Cachafaz, la grande aventure!

Et voilà, après un an de rencontres, répétitions, partages musicaux et culinaires, week-ends et soirées après le travail, nous avons eu notre moment de gloire sur la scène des Plateaux de la Friche de la Belle de Mai, qui sentait bon le bois tout neuf (et aussi la peinture et le vernis, beurk…). Ce fut une belle rencontre avec les professionnels de la mise en scène et des arts lyriques, la costumière-chanteuse, les instrumentistes, les techniciens… et le public qui a rempli la salle tous les soirs, et il n’y avait pas seulement nos fans!
Telerama a mis 2T: « Un « rêve musical autour de Copi ». C’est ainsi que le contre-ténor et compositeur Alain Aubin, et sa complice Catherine Marnas, metteuse en scène de la compagnie Parnas, définissent la version d’El Cachafaz qu’ils proposent à quatre mains. Une œuvre anthropophage de Copi transformée en une pièce de théâtre lyrique délirante qui parle de crise, de révolte et de viande humaine, pour finir dans un bain de sang. Sur une partition splendide, jouée en direct par un quatuor violoncelle-accordéon-alto-clarinettes, El Cachafaz démarre lentement. Le duo potache entre un travesti et son mac macho a l’allure d’un film que Jacques Demy aurait tourné dans les bas-fonds de Montevideo. Amour vache, tango et élégantes grossièretés : les acteurs alternent, en espagnol, les moments chantés et les tirades en vers. La création s’envole réellement lorsqu’apparaissent les chorales – trois au total – qui campent les hommes, les femmes et… les morts. Affrontements vocaux et physiques, parfaitement mis en espace et chorégraphiés, El Cachafaz assume crânement son parti-pris de drame musical. Avec une drôle de morale : un flic, ça ne se mange pas impunément. Gilles Rof  »
… et le contrebassiste était très content de savoir qu’il a un son de violoncelle.

20131102-124129.jpg

20131102-124146.jpg

Maintenant, pour se sortir les mélodies de la tête, on répète le concert de Noël: plein de nouveaux morceaux et un programme anglais à venir, yummy!

Notre Brigitte, y’a pas à dire, ELLE ASSURE!

Les rencontres vocales

On parle de nous dans le journal! Héhéhé…

20130530-135334.jpg

Les rencontres vocales 2013

Oyez oyez!
C’est la 9ème édition, c’est convivial, c’est beau et c’est gratuit (mais on a le droit de faire un don dans la boîte, pour que vive le chant).
Alors, trouvez donc une bonne raison de ne pas y aller, hmmmm?

20130524-204215.jpg

Un week-end dans les îles

Les 27 et 28 octobre 2012, un rassemblement de chorales a eu lieu sur la belle île Ratonneau, dans le cadre de la préparation de Cachafaz, l’oeuvre de Copi mise en musique par Alain Aubin, qui sera représentée fin 2013 en première mondiale à Marseille.
Nous partîmes 11 Vallonés, mais par un prompt renfort des Notambules et de l’Académie du Chant Populaire, nous étions une soixantaine en arrivant sur le quai.
La traversée fut sportive, et un peu humide, grâce à la tempête qui se levait, mais nous arrivâmes à bon port. Presque personne ne prit au sérieux ce bon vieil Eole, qui, sans doute vexé, décida de nous garder naufragés jusqu’au lundi matin, après avoir réglé son compte au Napoléon Bonaparte…
Qu’importe, nous avons bien travaillé, bien mangé, bien grelotté, pris des bourrasques et des vagues plein les yeux (et les chaussures, n’est-ce pas Sandrine?), chanté le matin, le midi, l’après-midi, le soir, la nuit, chanté plus ou moins sobrement, assis ou en dansant, emmitouflés ou en pantoufles, bien ri, et rencontré plein de fondus de musique et de chansons (le répertoire complet de Bobby Lapointe par coeur, ça vous parle?) …

Mention spéciale aux deux chefs, impeccables, et aux efforts de notre hôtesse Odette, qui a poussé la gentillesse jusqu’à nous permettre de prendre le p’tit déj à 6h30 avant la navette qui nous ramenait à la terre ferme.

Et bien, je vous le dis, El Cachafaz, ça va être un sacré spectacle, et quel plaisir de le chanter!
20121105-181630.jpg
Briefing avant de commencer.

20121105-181959.jpg
Les chefs au travail

20121105-182132.jpg
Même au repas, on chante!

20121105-182233.jpg
Un vrai marin breton!

20121105-182807.jpg
C’était une vraie tempête!

La quille de notre administratice Marie-Ange

Souvenirs d’une soirée chez Sandrine, heureusement que Marie-Ange arrête son investissement dans le CA des Vallonés (mais nullement comme Vallonette!!!), sinon on n’aurait pas l’occasion de se retrouver et de faire la fête 🙂 encore une très chouette, douce et humaine soirée, ça fait du bien !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et le chant qui va avec…

20120827-224202.jpg

Ahhhh l’aligot du repas de clôture!

20120827-224034.jpg

Vue du château de Laguépie

20120827-223845.jpg

On fignole avec les ténors

20120827-223640.jpg

« Older entries